Le massage cardiaque - Avec le bouche à bouche, ou pas ?

BoucheàboucheArrêt cardiaque (AC). Définition :

Une personne est en arrêt cardiaque lorsque son cœur ne fonctionne plus ou fonctionne d’une façon anarchique, ne permettant plus d’assurer l’oxygénation du cerveau. Une victime est considérée comme étant en arrêt cardiaque lorsqu’elle a perdu connaissance et ne respire plus.

Je suis formateur secouriste depuis plusieurs années. Ces trois ou quatre dernières années, j’entends les stagiaires me faire cette remarque :  « Il paraît que le bouche à bouche a été supprimé ».

Qui leur a donné cette information ? Des formateurs, et certains se présentant comme pompiers.

Mettons les choses au clair  : Je ne suis pas là pour dire que nous somme meilleurs que les autres. Nous avons des référentiels qui nous donnent les éléments pour pouvoir accéder au même niveau d’information, quel que soit notre arrière plan. On peut trouver ces informations sur «  http://www.interieur.gouv.fr/Le-ministere/Securite-civile/Documentation-technique/Le-secourisme » ou http://www.inrs.fr.

Sur tous les programmes de secourisme, que se soit PSC1, PSE1 ou 2, SST… on parle partout, dans le traitement de l’AC, de RCP (Réanimation Cardiopulmonaire). Pour la circulation du sang, on pratique le massage cardiaque (faire des cycle de 30 compressions et 2 insufflations). Pour les poumons, c’est de l’air qui est nécessaire et c’est pour cela que, en l’absence de matériel approprié, il faut pratiquer un bouche à bouche. On va s’abstenir seulement dans le cas ou le secouriste n’est pas protégé (risque de contamination par le sang par exemple). Il ne pratiquera alors que le massage cardiaque.

Nous formons des personnes à porter secours à d’autres et c’est sérieux. Alors, arrêtons de distiller des informations qui n’ont aucune source officielle. Consultons les référentiels et restons professionnels.

ES

quis, eget Lorem sit Aenean nunc Sed Phasellus nec vulputate,